Désarmement, Démobilisation et Réinsertion phase III : La sensible étape de la réintégration

art

Accueil des démobilisés de SHABUNDA

De toutes les phases du Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR), la plus sensible est sans aucun doute la réintégration. Elle intervient en fin de processus, et consiste à ramener le démobilisé dans sa communauté d’origine ou dans la communauté de réinstallation de son choix. La réintégration est donc un paramètre important dans l’évaluation de la réussite du processus DDR.

 

Il faut savoir que, les ex-combattants passent six à neuf mois dans les centres de préparation à la réintégration (CPR). Mois au cours desquels ils sont alphabétisés puis formés dans un domaine de leur choix, selon les filières proposées par l’UEPNDDR (Unité d’Exécution du Programme National de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion), avec les partenaires d’exécution que sont la FAO, l’INPP (Institut National de Préparation Professionnelle) et Caritas. Ils sont en plus sensibilisés  à la  culture de la paix, aux valeurs citoyennes, morales et humaines. Ce qui facilite leur  réintégration et rassure les autres membres de la communauté d’accueil. Jusqu’à décembre 2016, 3765 ex-combattants sont sortis de ces formations qui se déroulent sur deux sites : Kamina et Kitona.

Une ex-combattante prend des notes dans un cours au CPR de Kitona

Une ex-combattante prend des notes dans un cours au CPR de Kitona

Au 23 mars 2017, 2.573 kits ont déjà été distribués. L’accompagnement par les partenaires d’exécution s’installe progressivement et les démobilisés de la Session 01 s’adonnent à leurs activités. Afin de s’assurer de leur évolution dans la communauté, le programme suit les démobilisés réintégrés pendant deux ans.

 

La Session 02 de la démobilisation a été lancée le 20 janvier 2017 à Kitona et le 01 février à Kamina pour 580 personnes.

Comments are closed.