L´Équipe de l’UEPN-DDR Etienne Lula—Sensibilisateur et Logisticien

Etienne Lula—Sensibilisateur et Logisticien/UEPNDDR CPR/KITONA

Etienne Lula—Sensibilisateur et Logisticien/UEPNDDR
CPR/KITONA

Comment vous êtes arrivé dans la DDR ? Et quelle a été votre parcours ?

 

Je suis arrivé dans le DDR I en 2004. En ce moment-là j´avais 36 ans. J’ai été sélectionné comme sensibilisateur pour la province du Bas-Congo. J’ai commencé à travailler à Kitona dans le Centre d´Orientation. Par la suite j’ai été  déployé au bureau communautaire à Boma, où l’UEPNDDR  faisait  le suivi des démobilisés qui avaient choisi Boma comme milieu de réintégration. Je suis retourné dans le programme en 2008 pour la DDR II. J’ai intégré les équipes mobiles  qui ont travaillé pour le DDR dans la province du Bandundu. Aujourd’hui, je me retrouve  ici à Kitona dans le cadre du DDR III pour la démobilisation  des groupes restés actifs à l´Est de la RDC.

 

Comme est-ce que le programme a changé depuis 2004 ?

 

Dans le DDR I les gens candidats à la démobilisation étaient regroupés dans les centres d´orientation. Une fois démobilisé, ils étaient évacués vers les milieux de leur choix. C’est dans ces milieux de réinsertion que  les agences d´exécution les prenaient en charge pour la formation dont la durée était moins longue que dans le DDR III. Un kit leur était remis.

 

Dans le DDR II, les opérations de démobilisation se faisaient par des  équipes mobiles. Ces équipes se déplaçaient vers les centres de regroupement des militaires. Les candidats à la démobilisation étaient sensibilisés, identifiés, ensuite orientés vers des partenaires d’exécution pour la formation aux petits métiers et la remise du kit.

 

 

Une ex-combattante prend des notes dans un cours au CPR de Kitona

Une ex-combattante prend des notes dans un cours au CPR de Kitona

Dans le cadre du DDR III, les candidats à la démobilisation sont amenés dans deux Centres pour la préparation à la Réintégration (CPR), à Kitona et à Kamina. Après les opérations d’identification, de vérification et d’orientation (IVO), les démobilisés commencent la formation générale, qui est suivie par la formation qualifiante. Les agences d´exécution (CARITAS, INPP et FAO) vont les prendre en charge dans leur milieu de réintégration

 

Quelles relations faites vous entre la paix en DRC et le DDR ?

 

Le programme de la DDR contribue efficacement dans la restauration de la paix en  RDC. Le programme a facilité l’organisation des élections de 2006. Le DDR a grandement contribué pour que les élections se fassent dans des conditions apaisées. Aujourd´hui encore le DDR contribue à l’éradication des  groupes armés afin que  les gens retrouvent la paix. Plusieurs démobilisés ont témoigné de leur décision de ne plus jamais retourner dans les groupes armés.

 

Racontez-nous un cas de succès.

 

Auparavant j´avait travaillé avec le DDR à Matadi. Mais lors d’un séjour a Kisangani en 2012, contre toute attente, j´entends quelqu´un qui dit `bonjour papa´. Je me retourne, je salue le monsieur, et ma première question c´était, `je t´ai laissé à Matadi, pourquoi es-tu à Kisangani ? Il me dit : « ma famille est toujours à Matadi, je viens faire du commerce, je viens acheter des produits ici, que je vais revendre à Kinshasa. Puis je rentre voir la famille ». Ce genre de cas vous donne beaucoup d´espoir.

Une autre situation que j’ai vécue, c´est à Boma. Un grand nombre de démobilisés qui a choisi  Boma comme lieu de réintégration a été formé en  mécanique auto. C´est un choix stratégique parce qu’à Boma il y a le port où sont débarqués les véhicules qui viennent  de l’étranger, et quand il y a une panne on cherche des mécaniciens. Donc les démobilisés formés par le PNDDR sont présents et se débrouillent bien. Cela fait  notre fierté pour la DDR I. Et nous forgeons beaucoup l´espoir pour les démobilisés du DDR III parce que nous savons que la formation qu´ils reçoivent dans le CPR, l’encadrement qu’ils vont recevoir dans leur milieu de réintégration va améliorer leur prestations.

 

Qu´est ce que vous avez appris après 12 ans dans le programme ?

 

Tout le temps passé dans ce programme m’a appris à vivre, avec des gens des toutes les catégories, de gens normaux et même des fous. Et cela a forgé  ma personnalité. Aujourd’hui, je sais aborder l´une ou l´autre personne selon le comportement, ou selon le caractère affichés.

Comments are closed.